e-liquide

Une fois la bonne cigarette électronique trouvée, encore faut-il réussir à dénicher son eliquide idéal. Il s’agit probablement de l’étape la plus difficile car le vapoteur a plus que l’embarras du choix en magasin.
Le e liquide est une substance composée d’une base, d’un arôme et d’un booster. Il en existe des milliers avec différents parfums et plusieurs dosages en propylène glycol et en glycérine végétale. Face à une telle diversité, quel liquide conviendra ? Toutes ces variantes visent à satisfaire un large public composé de fumeurs en sevrage, de fumeurs convertis et de vapoteurs de tout âge.
Voici quelques repères pour acheter le meilleur produit possible, entre sécurité sanitaire, formule chimique adaptée et plaisir gustatif du consommateur.

Définir le produit recherché

La première étape pour choisir son e liquide est de comprendre ce que le consommateur recherche en termes de vape. En effet, en fonction du profil du vapoteur, de ses besoins et de ses envies, il devient possible de trier les liquides qui sont susceptibles de lui convenir ou pas. D’ailleurs, le site www.vapoter.fr propose d’aider les consommateurs les plus indécis dans leur quête du e-liquide idéal.
Ainsi, les personnes en sevrage se tournent volontiers en premier vers des produits qui offrent les mêmes sensations qu’une cigarette classique : même goût, même densité de fumée, même dosage de nicotine.
D’autres consommateurs conçoivent la cigarette électronique comme une alternative à la cigarette classique sans pour autant chercher à réduire leur consommation de nicotine. Ces vapoteurs transfèrent simplement leurs attentes de la cigarette classique à la cigarette électronique.
Certains vapoteurs voient enfin dans la cigarette électronique le moyen d’explorer de nouveaux goûts et de nouvelles sensations. Ces utilisateurs testent davantage les possibilités gustatives des cigarettes électroniques et demandent des parfums autres que les classiques.

La fiabilité des grandes marques

Il convient d’être très attentif sur la marque du liquide. En effet, comme dans toute industrie, il existe des contrefaçons qui peuvent s’avérer dangereuses pour la santé du vapoteur.
Les normes AFNOR (en France) et TPD (Tabbacco Products Directive) (en Europe) protègent les utilisateurs de cigarettes électroniques contre les risques sanitaires liés à l’utilisation de certaines substances. Ces instances exigent la présence d’indications précises sur les flacons et suivent de près le processus de fabrication des produits.
Certains fabricants vendent en ligne des liquides à des tarifs attractifs mais ces produits contiennent souvent des composants controversés et parfois interdits par les lois européennes. Le bisphénol, la diacétyle, l’acétylpropionyle, le formaldéhyde et l’acétoïne sont, par exemple, des substances nocives qui sont pourtant régulièrement présentes dans des liquides.
Ainsi, il est indispensable de lire attentivement la liste des composants du produit avant de l’essayer. Pour une fiabilité absolue, il est préférable de choisir son liquide parmi les marques qui ont reçu l’autorisation de mise en vente du TPD ou d’AFNOR.

La saveur

Le rôle initial de la cigarette électronique est d’aider les fumeurs à se sevrer de leur dépendance à la nicotine. Aussi, la saveur classique, c’est-à-dire qui reprend le goût de la cigarette traditionnelle, est la première a avoir été commercialisée pour les e-cigarettes. Très rapidement, la cigarette mentholée s’est transformée à son tour en e-liquide mentholé.
D’autres parfums sont arrivés sur le marché avec la démocratisation de la cigarette électronique. Aujourd’hui, il en existe des centaines voire des milliers, des plus simples au plus sophistiqués. Ainsi, les vapoteurs peuvent désormais éviter l’odeur du tabac en optant pour un arôme original et essayer d’autres sensations.
Les parfums fruités : fruits rouges, pêche, fraise, passion, myrtille, citron ou même ananas, sont disponibles dans de nombreuses marques avec des variantes plus ou moins acides ou sucrées.
Les parfums gourmands comme chewing-gum, barbe à papa, vanille, caramel, café, cola, réglisse ou autres jouent sur les goûts alimentaires les plus populaires. Si le sucré est souvent au rendez-vous, il existe aussi des parfums pizza ou fromages pour les amateurs de salé.

Le dosage PG/VG

L’autre critère de sélection d’un eliquide réside dans son dosage en propylène glycol (PG) et en glycérine végétale (VG). En effet, l’expérience du vapoteur sera différente selon le pourcentage des deux substances.
Le PG sert à transmettre les saveurs et à produire le hit. Aussi, plus son pourcentage est élevé, plus le vapoteur ressentira la puissance du liquide. C’est pour cette raison qu’un fort dosage en PG est conseillé pour les personnes en sevrage. Cependant, cette substance ne dégage aucune vapeur.
La VG produit la vapeur typique de la cigarette classique. Elle réduit toutefois la puissance de l’arôme et du hit. En outre, une trop forte concentration de VG empêche son utilisation sur certaines marques de cigarettes électroniques notamment à cause de son aspect visqueux qui encrasse les mécanismes.
Ainsi, pour une expérience équilibrée, il est préférable d’opter pour un liquide composé d’un mélange à 50 % des deux substances. Le dosage le plus plébiscité est situé entre 70 % et 80 % de PG pour 20 à 30 % de VG.

Et pourquoi pas le liquide maison ?

La mode du DIY (Do It Yourself) peut parfaitement s’appliquer au domaine de la vape. De nombreux vapoteurs adaptent leurs cigarettes électroniques en changeant des pièces pour obtenir une meilleure expérience. Il est possible de faire de même avec son e liquide et de fabriquer le sien à la maison.
Un liquide standard se compose de très peu d’ingrédients : PG, VG et arôme, tout simplement. D’autres produits contiennent également de la nicotine, des sels de nicotine, de l’alcool ou de l’eau mais ces ajouts ne sont pas indispensables.
Les composants principaux peuvent être achetés séparément puis assemblés à domicile par le vapoteur lui-même. L’intérêt de cette démarche est de savoir exactement ce qui se trouve dans le produit consommé et de pouvoir ajuster les quantités de PG, de VG et d’arôme en fonction de ses propres goûts et de ses propres besoins. Cela permet aussi de réaliser des économies sur son budget vapotage.
Cette méthode convient toutefois davantage aux vapoteurs chevronnés qu’aux débutants puisqu’elle exige de parfaitement connaître ses goûts. Il faut également savoir doser les différentes substances pour obtenir un liquide à la hauteur de ses exigences.

Choisir son e liquide peut être un véritable parcours du combattant pour les vapoteurs intransigeants. La question de la qualité du produit est la première exigence à avoir. Les marques françaises peuvent être privilégiées car elles sont soumises à une réglementation très stricte. Cette précaution s’avère nécessaire mais ne permet pas forcément de trouver les saveurs qui conviennent au palais.
Le meilleur eliquide est celui qui possède un arôme particulier et qui procure des sensations conformes au désir du vapoteur. Or, il n’y a pas vraiment de règle en ce domaine. Aussi, le produit le plus intéressant est certainement celui qui sera imaginé par le consommateur, à partir de composants de base qu’il aura lui-même dosé selon son expérience et ses petites préférences personnelles.